En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Emission en cours


Valéry Giscard d’Estaing, le président moderne, est mort

Écrit par le 02/12/2020


Il a longtemps été le plus jeune président français de la Ve République. Valéry Giscard d’Estaing, celui qui, sous son mandat, a dépénalisé l’avortement et abaissé la majorité à 18 ans, et qui fut défenseur acharné de l’idéal européen, est mort ce mercredi 2 décembre. Il avait 94 ans.

 

L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing est mort, ce mercredi, à l’âge de 94 ans. Admis en septembre dernier à l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris, celui qui fut président de la République de 1974 à 1981 avait de nouveau été hospitalisé à Tours (Indre-et-Loire), en novembre.

Né le 2 février 1926 à Coblence, en Allemagne, il était issu d’une famille bourgeoise qui avait obtenu le droit d’ajouter la particule “d’Estaing” en 1922 ; père inspecteur des Finances et mère elle-même petite-fille de ministre.

Il est bien moins âgé que sa calvitie ou ses stricts costumes le laissent penser, quand à 48 ans, en 1974, Valéry Giscard d’Estaing, ancien ministre de l’Économie et des finances de de Gaulle et Pompidou, se présente à la présidentielle, et élimine au premier tour Jacques Chaban-Delmas. À l’époque, il est encore peu connu.

Élève du lycée Louis-le-Grand à Paris, puis polytechnicien et énarque, il n’a que 29 ans lorsqu’il est nommé directeur adjoint de cabinet d’Edgar Faure, président du Conseil sous la VIe République et 32 ans lorsqu’il obtient, en 1959, son premier poste gouvernemental, comme secrétaire d’État aux Finances auprès du ministre des Finances Antoine Pinay.

C’est bien sa “jeunesse” qui sert d’argument électoral à ce ministre vu comme un peu hautain, mais qui veut succéder à un président qui vient de mourir et à un général, certes à la stature historique, mais octogénaire. Sur ses affiches électorales, il pose aux côtés de sa fille Jacinte, alors âgée de 13 ans. Personnalités et jeunes gens arborent cet été là le tee-shirt avec le slogan de sa campagne “Giscard à la barre”.